dossier
in evidenza
Quaderni di diritto e politica ecclesiastica, Num. 2, agosto2016

Ius Canonicum, Num. 112, 2016

Periodica de re canonica, Num. (105) 3, 2016

Periodica de re canonica, Num. (105) 1-2, 2016

Derecho y Religión, Num. XI, 2016


ultimi documenti
Decreto 16 luglio 2016 (Tribunale di Cagliari: Autorizzazione, previa assunzione del consenso attuale del ricorrente e, in caso di sopravvenuta incapacità, del suo amministratore di sostegno, all'interruzione del trattamento di respirazione artificiale - Giudice tutelare)

Sentenza 23 novembre 2016
n. 11961
(Esclusa l'applicabilità della l. 541/1971 in assenza del preliminare requisito della appartenenza alla razza ebraica dell'interessato all'epoca delle persecuzioni nei confronti degli israeliti - Tribunale Amministrativo)

Decreto dirigenziale 15 novembre 2016
n. 11629
(Approvazione ai sensi della Delib.G.R. n. 10/4872 del 29 febbraio 2016 delle modalità di attuazione della componente "Sostegno agli studenti disabili" per l'anno scolastico 2016/2017 - Contributo alle scuole paritarie - Regione Lombardia)

Motu proprio 18 ottobre 2016 (Statuto della Pontificia Accademia per la Vita [in vigore dal 1° gennaio 2017] - Pontefice)

Lettera apostolica 20 novembre 2016 (Misericordia et misera - Pontefice)

Linee guida 7 novembre 2016 (La scuola a prova di privacy - Garante per la protezione dei dati personali)

Sentenza 30 settembre 2016
n. 19599
(Trascrizione in Italia dell'atto di nascita, validamente formato all'estero, del figlio nato da una coppia di due madri - Corte di Cassazione - Civile)

Sentenza 23 settembre 2016
n. 123
(Illegittimità della norma che non include il convivente more uxorio tra i soggetti legittimati a fruire del permesso mensile retribuito per l'assistenza alla persona con handicap - Corte Costituzionale)

Sentenza 5 ottobre 2016
n. 225
(Interesse del minore a conservare rapporti significativi con l'ex partner del genitore biologico nel caso di coppia formata da persone dello stesso sesso - Corte Costituzionale)

Sentenza 17 novembre 2016
n. 48696
(Surrogazione di maternità e reato di alterazione di stato - Corte di Cassazione - Penale)


i più letti
Accordo 29 novembre 2005 (Accordo fra la Santa Sede e la Città Libera e Anseatica di Amburgo - Santa Sede - Città Libera e Anseatica di Amburgo)

Legge 10 novembre 1992,n.25 (Ley 25/1992, de 10 de noviembre, por la que se aprueba el acuerdo de cooperación del estado con la Federación de comunidades israelitas de España - Parlamento)

Varie 13 gennaio 2016 (Ministero degli Affari Esteri: Bando per i comandi presso l'Istituto Comprensivo Statale Italiano di Madrid e di Barcellona relativi all'insegnamento della religione cattolica per l'a.s. 2015/2016 - )

Report 24 giugno 2015 (Propositions des maires de France en faveur de la laïcité - Association des maires de France)

Regio decreto 9 giugno 2006,n.710/2006 (Desarrollo de los Acuerdos de Cooperación firmados por el Estado con la FEREDE, la FCI y la Comisión Islámica de España, en el ámbito de la asistencia religiosa penitenciaria - Ministerio de la Presidencia)


dettaglio notiziaindietro

stampa
08 ottobre 2010

Francia: dichiarato costituzionale il disegno di legge sul divieto di portare il burqa (7 ottobre 2010)



Dissimulation du visage dans l'espace public. La loi a été déclarée conforme (sous réserve) à la Constitution par le Conseil constitutionnel (7 octobre 2010)


Le Sénat a définitivement adopté le projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public le 14 septembre 2010.
Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée nationale, et Gérard Larcher, Président du Sénat, ont soumis conjointement cette loi à l'examen du Conseil constitutionnel, afin que sa conformité à la Constitution ne puisse être affectée d'aucune incertitude.


Communiqué de presse du Conseil constitutionnel 

Par sa décision n° 2010-613 DC du 7 octobre 2010, le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public dont il avait été saisi par le président de l'Assemblée nationale et le président du Sénat.
Il a formulé une réserve d'interprétation et jugé pour le surplus cette loi conforme à la Constitution.

La loi déférée dispose que « nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage ». Elle définit l'espace public comme « constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public ». Elle définit des exceptions à cette interdiction et fixe à 150 euros l'amende maximale en cas de violation de cette interdiction.

Le législateur a estimé que les pratiques de dissimulation du visage dans l'espace public, auparavant quasi inexistantes, peuvent constituer un danger pour la sécurité publique et méconnaissent les exigences minimales de la vie en société. Il a également estimé que les femmes dissimulant leur visage, volontairement ou non, se trouvent dans une situation d'exclusion et d'infériorité manifestement incompatible avec les principes constitutionnels de liberté et d'égalité. En adoptant la loi, il a complété et généralisé des règles jusque là réservées à des situations ponctuelles à des fins de protection de l'ordre public.

Le Conseil constitutionnel a opéré le contrôle de proportionnalité qu'il exerce constamment pour déterminer si la loi assure entre la sauvegarde de l'ordre public et la garantie des droits constitutionnellement protégés une conciliation qui n'est pas manifestement disproportionnée.
D'une part, il a jugé qu'en l'espèce cette conciliation n'est pas manifestement disproportionnée eu égard aux objectifs que le législateur s'est assigné et compte tenu de la faible sanction instituée en cas de méconnaissance de la règle fixée par lui.
Cependant, d'autre part, le Conseil constitutionnel a jugé que l'interdiction de dissimuler son visage dans l'espace public ne saurait restreindre l'exercice de la liberté religieuse dans les lieux de culte ouverts au public. L'atteinte à l'article 10 de la Déclaration de 1789 relative à la liberté religieuse serait alors excessive. Le Conseil a donc formulé une réserve sur ce point.

Sous cette réserve conduisant à ce que la loi ne puisse restreindre la liberté religieuse dans les lieux de culte ouverts au public, le Conseil constitutionnel a jugé la loi déférée conforme à la Constitution. 


:: Dossier sur le site web du Conseil Constitutionnel
:: Décision du Conseil Constitutionnel, 7 octobre 2010
:: France Constitution Experts approve Burqa Ban (euobserver.com)

:: 
Progetto di legge approvato: Interdiction de la dissimulation du visage dans l'espace public (14 sett. 2010)
:: La news su OLIR.it: France: le projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public adopté le mardi 14 septembre



In osservanza delle vigenti disposizioni del Garante Privacy si comunica che questo sito potrebbe utilizzare cookie ed altri strumenti per fornire servizi in linea con le preferenze di chi lo visita e per eseguire statistiche. Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina o cliccando qualunque suo elemento si acconsente ad utilizzare i cookie e gli altri strumenti impiegati   Leggi tuttoOk